www.guidealtern.org
 
  —> Index du site guidaltern.org

" Pause ... "

"sommaire"

"plan"

@ Contactez-nous !

@ Découvrir les éditions Le P’tit Gavroche : origines & présentation @ Passe-rêves : cyberlettre d’informations alternatives Collection Ecocités (guides écorégionaux) : Collection Ecopilotes (guides thématiques) : Dates, Calendrier & agenda : Espace Presse, journalistes Fiches-guides + Catalogue général Ressources alternatives, médias alternatifs & liens Sobriété heureuse et simplicité volontaire
 
Recherche :

 
Dans la même rubrique

Autres articles :
Appel à occupation citoyenne des Enfants de Don Quichotte Jeudi 21 février 08’
Ecrans espions à Paris : un communiqué de presse et deux dépêches AFP
Festival Images mouvementées à Paris début avril 09’
La Commune de Paris (1792) : un article de wikipédia, l’encyclopédie libre
La librairie Résistances à Paris (75017)
Le Guide des alternatives à Paris 2009 : + de 600 adresses réunies en + de 200 pages
Liste des affaires révélées par le Canard enchaîné à Paris et ailleurs
Listes électorales trafiquées par la Mairie de Paris sous J. Chirac
Loyer du local de Jean Tibéri (ancien maire de Paris) : 15 euros/mois pour 145 m2
Mme Kuster : une directrice de campagne de Panafieu bien logée et à loyer très réduit

 
 
 
Le Festival des Résistances à Paris : du 30 avril au 12 mai 2008


jeudi 17 janvier 2008, par Esteban




Le Festival des Résistances et des alternatives à Paris

du 30 avril au 12 mai 2008







FRAP 2008

DU 30 AVRIL AU 12 MAI A PARIS

Programme en cours d’élaboration

CHARTE DU FRAP

Ecrite pour le FRAP 2006 valable en 2007, réactualisé en AG pour 2008

Soutenir les luttes et les alternatives, créer un espace public de réflexion, de rencontre, d’expérimentation, de créativité et de fête.


Chaque année, des individu-e-s, des associations, des squatts et des collectifs préparent au sein d’assemblées générales organisatrices, le Festival des Résistances et des Alternatives à Paris (FRAP).


D’ou vient le FRAP ?

Les "Festivals des Résistances" apparaissent à la fin des années 90 à Limoges, puis à Rennes (1999) et Grenoble (FRAKA, Festival de Résistances et d’Alternatives au Kapitalisme,1999). En 2001, cet engagement s’étend sous des noms différents à Gap, Angers, Bayeux, Lyon, Brest, Saint-Etienne, Dijon et Paris.
Des fils se tissent entre ces festivals, mais les échanges restent limités. Tous ne renouvellent pas l’expérience. Les organisateurs-trices des FRA ne souhaitent pas créer de coordination nationale, mais décident parfois de mutualiser leurs expériences. En 2003, le FRAP est en lien avec le FRAKA de Grenoble et le Festival des Résistances et des Alternatives de Saint-Etienne. Depuis 2004, des festivals ont lieu à nouveau à Grenoble, à Lyon ou à Nantes. En 2005, le FRAP a eu lieu du 5 au 22 mai dans différents lieux à Paris.

Pas de subvention !

Le FRAP s’auto-finance grâce à la libre contribution de chacun et est fidèle aux principes de gratuité, d’ accès et de prix libres. Un but du FRAP est de mutualiser des moyens humains et techniques à notre disposition (récup’, glanage, auto-production) tout au long de l’année, pour mettre en place un projet commun. Ce faisant, le FRAP démontre qu’on peut faire des choses avec un petit budget et dément l’idée reçue selon laquelle, plus on a d’argent plus on a de moyens. Cette pratique d’échange et de solidarité fait que nous, artistes, squatteurs, militants, associations, collectifs, syndicats et individus, gagnerons ensemble en autonomie. Certaines organisations subventionnées participent au FRAP, mais le FRAP lui-même n’est pas subventionné.


Agir hors du champ électoral !

Le deuxième élément indiscutable de l’identité du FRAP est un positionnement contre le spectacle électoral. Jusqu’en 2002, le Festival a eu lieu au moment d’élections nationales. Un des buts du FRAP est de proposer des alternatives au modèle présenté par les candidats et journalistes. La conséquence première de ce positionnement est de refuser des groupes qui veulent participer au FRAP pour soutenir un parti ou une candidature à des élections.

Sous le principe de zone d’autonomie temporaire, le FRAP se réapproprie l’espace public. A la fois éphémère comme lieu de discussions, d’échanges, de propositions, c’est aussi un espace de respiration sociale, de partage et de construction d’alternatives plus tenaces. Comme le militantisme n’est pas un ascétisme, la fête et les formes d’expression artistiques, anti-répressives et (ré)créatives participent à la rencontre et à l’élaboration collectives des résistances.


Vers une organisation collective et autogestionnaire de l’événement.

Le FRAP est organisé collectivement, avec des assemblées générales décisionnaires non-hiérarchiques. C’est là que sont discutées toutes les propositions et qu’ont lieu les débats entre participants.
L’organisation est donc décentralisée et autogérée. Les lieux de réunions et de festivités correspondent à sa volonté de subversion et d’indépendance. Le travail préparatoire en ateliers rend compte en assemblée générale de ses propositions de réflexions et d’actions. C’est une double revendication de contenus théoriques et de réalisations communes. Cependant, le FRAP ne se contentera pas d’une « critique de la vie quotidienne » mais vivra quotidiennement sa critique. Ici, il y a un vouloir-vivre le monde pour le changer et un vouloir-changer le monde pour y vivre. Le FRAP réclame aussi son éclectisme. Cela ne veut pas forcément dire chercher le consensus à tout prix. Le FRAP tente de mêler diverses approches du militantisme ou de l’engagement, à provoquer des rencontres inattendues avec d’autres modes de vie, de pensée, d’action...

Le FRAP est son propre média

Le FRAP revendique l’autonomie dans sa communication. La récupération par les média dominants des discours et des images des luttes implique que nous fassions notre propre communication par l’affichage, la diffusion de programmes, l’annonce des thématiques sur les médias alternatifs. La continuité des FRAP et la circulation d’informations toute l’année permettent une mise en réseau informelle et pourtant durable.

Que devient le FRAP en 2008 ? Est-il mort comme Paris est mort ? 

L’actualité s’accélère, les enjeux politiques semblent devenir plus graves, la société prend des allures de plus en plus autoritaires. En 2008, le festival sera encore ce que les organisateurs-trices qui se rassembleront voudront en faire. Un des objectifs sera de permettre aux participants de plus en plus nombreux de prendre part à la vie du FRAP et de favoriser la pratique de l’autogestion. Le FRAP est un espace dans l’année qui permet de prendre du recul et de réfléchir ensemble, ce moment de réflexion n’est pas contradictoire avec l’action. En refusant le rythme des gouvernements, des media, et leurs règles, en sortant aussi de l’urgence militante tout en soutenant les luttes, nous voulons être dans l’actualité autrement.

Ce sera avant tout une aventure collective. Si vous souhaitez participer, ajouter votre pierre à l’édifice, proposer une exposition, une action, un espace, du matériel, des talents (cuisine, musique…), une idée…

Bienvenu-e-s !

2007

2006


FRAP 2007

FRAP 2006 :

FRAP 2005

LIEUX DU FRAP 2007

- Barbizon - Atoll 13, 175ter rue de Tolbiac , 13e, M° Tolbiac ou Place d’Italie

- Ecobox, 33 rue Pajol, 11e, M° La Chapelle ou Marx-Dormoy

- Friche et nous la paix, 22 rue Dénoyez, 20e M° Belleville 20é

- Goumen Bis, 2 bis Cité Aubry, 20e, M° A Dumas

- Collectif associatif LIBERTALIA, 89av de la République, Bagnolet M°Robespierre/Galieni

- Ministère de la crise du logement, 24 rue de la Banque, 2e, M° Bourse

- Murs à pêches, impasse Gobétue (au fond) à Montreuil, M° Mairie de Montreuil

- Villa Joa (Ganneron), 61 rue Ganneron, 18e, M° Place Clichy

--->> Pour découvrir le futur Guide des alternatives à Paris (+ de 1000 adresses alternatives, en 400 pages, format poche, 10 euros, à paraître aux éditions le P’tit gavroche en Juin 2008), cliquez Ici.



*****************************************************************************************

 


| —> Index du site guidaltern.org | " Pause ... " | "sommaire" | "plan" | @ Contactez-nous ! | @ Découvrir les éditions Le P’tit Gavroche : origines & présentation | @ Passe-rêves : cyberlettre d’informations alternatives | Collection Ecocités (guides écorégionaux) : | Collection Ecopilotes (guides thématiques) : | Dates, Calendrier & agenda : | Espace Presse, journalistes | Fiches-guides + Catalogue général | Ressources alternatives, médias alternatifs & liens | Sobriété heureuse et simplicité volontaire |